Mots clé à la une

Organismes liés

Axes majeurs

Publication de l’Index 2017-2018 de la compétitivité mondiale du World Economic Forum

Le Forum Economique Mondial vient de publier son Rapport sur la compétitivité mondiale 2017-2018 qui évalue les facteurs stimulant la productivité et la prospérité des pays.

L’étude du WEF, réalisée auprès de 14.000 chefs d’entreprises de 137 pays, fournit un classement mondial des pays les plus compétitifs.

L’indice de compétitivité est établi à partir d’une centaine d’indicateurs répartis en 12 catégories, en distinguant quatre critères de base : les institutions, les infrastructures, l’environnement macroéconomique, la santé et l’éducation primaire. Les autres critères d’évaluation parmi lesquels l’efficience du marché, celle du marché du travail, le développement du marché financier ou l’innovation relèvent de l’efficacité économique et du climat des affaires.

Pour établir le classement de compétitivité de l’Algérie, le Forum s’est basé sur 114 indicateurs regroupés dans les 12 catégories suivantes :

Institutions : 88ème rang

Infrastructures : 93ème rang

Environnement macro économique : 71ème rang

Sante/Education : 71ème rang

Enseignement Supérieur et Formation : 92ème rang

Marchandises et Efficacité du marché : 129ème rang

Efficacité du marché du travail : 133ème rang

Développement du marché financier : 125ème rang

Etat de préparation technologique : 98ème rang

Taille du marché : 36ème rang 

Sophistication des affaires : 122ème rang

Innovation : 104ème rang

Depuis 2012, l’Algérie a effectué un bond de 24 places passant de la 110ème à la 86ème position en 2017. Cette avancée s’explique, notamment, par la qualité des institutions, les progrès réalisés dans les domaines de la santé, de l’éducation et de la stabilité de l’environnement macroéconomique notamment en raison de l’absence d’endettement.

Le Forum économique mondial relève les facteurs qui contribuent à la perception d’un climat peu propice aux affaires : des pratiques bureaucratiques persistantes en matière de procédures administratives ainsi que des difficultés d’accès au financement des entreprises. A cet égard, le marché financier est jugé insuffisamment développé.

S’agissant des mesures incitatives à l’investissement, le pays se situe à la 98ème position sur les 137 pays évalués, ce qui est une performance qui se situe dans la moyenne.

Dans la région du Maghreb, le Maroc recule d’une place cette année et se classe 71ème , mais demeure leader parmi les pays d’Afrique du Nord. Selon le rapport du World Economic Forum, le Maroc demeure pénalisé par la bureaucratie et l’accès au financement. La Tunisie se maintient à la 95ème place, mais subit les effets de la bureaucratie administrative inefficace et de l’instabilité politique qui continuent de pénaliser l’environnement des affaires.

Compte tenu des résultats encourageants enregistrés par l’Algérie, les actions immédiates susceptibles de contribuer à une meilleure perception du climat des affaires du pays ont été identifiées et font actuellement l’objet de suivi dans le cadre de la mise en œuvre d’un plan d’action inter sectoriel visant l’amélioration de l’environnement des affaires.

Données rapport Wef 2017-2018