Mots clé à la une

Organismes liés

Axes majeurs

PRESENTATION DU SECTEUR DES MINES

Introduction

Le pays possède un potentiel géologique intéressant pour l'investissement et le partenariat visant l’exploration minière, le développement et la production de certaines substances minérales.

Malgré cela, le secteur minier est resté très peu productif par rapport au potentiel que recèle notre pays, qui est appréciable notamment, pour les substances utiles non métalliques telles que les phosphates, le sel, le marbre, etc….

La situation actuelle du secteur se caractérise par ce qui suit :

  • Une quantité importante d'informations géologiques et d'études réalisées.
  • Des moyens de forage et de laboratoire ainsi qu’une une expertise permettant des interventions tant pour les programmes de l’Etat que pour les prestations de services.
  • Des capacités humaines formées (encadrement technique, maîtrise).
  • Des ressources minérales identifiées,
  • Des capacités logistiques,
  • L’existence d’outils de production ayant capitalisé une expérience non négligeable dans le domaine de l’exploitation des matières premières.

Les perturbations du marché mondial des matières premières minérales et des métaux qui ont agité l'économie mondiale, dictent la mise en œuvre de stratégies capables d'atténuer les différents chocs que subissent tous les pays et en particulier ceux en voie de développement et qui entravent ou retardent leur développement économique et social.

L'Algérie s'est attachée, depuis l'indépendance, à se doter d'un secteur minier qui puisse répondre à ses préoccupations.

Dans le secteur minier, un important effort de prospection a été consenti durant ces 30 dernières années, il a permis de développer l'infrastructure géologique de base et d'inventorier un grand nombre de gîtes et indices dont certains offrent de réelles perspectives d'investissement pour leur exploitation. C’est sur cette base, que l'Etat algérien a décidé de promouvoir et de mettre en valeur ce potentiel.

A ce titre, des formules de partenariat sont proposées à l’investissement étranger, associées à des mesures incitatives aussi bien dans le cadre de l'exploration que dans l'exploitation minière.

Historique et situation actuelle du secteur minier :

Avant l’indépendance (1962), l’activité minière en Algérie était orientée principalement vers l’exploitation des gisements de fer et de plomb - zinc.

Entre les deux guerres mondiales, l’Algérie était un producteur important de minerai de fer dans le monde ; sa production a contribué à la prospérité des industries de transformation de plusieurs pays européens, en particulier la France, la Grande-Bretagne et l’Allemagne.

Durant les années 50, notamment pendant la guerre de libération nationale, les sociétés minières étrangères ont accéléré le processus d’écrémage des gisements et limité, voire stoppé tout investissement dans ce secteur.

Au lendemain de l’indépendance, les exploitants étrangers ont abandonné plusieurs mines après en avoir tiré le meilleur profit ; ne sont restées en activité que les mines encore " viables ", telles celles de phosphate, de zinc, de fer, de baryte, de charbon et les salins.

La nationalisation des mines, intervenue le 6 Mai 1966, a été suivie, le 11 Mai 1967, par la création de la Société Nationale de Recherche et d’Exploitation Minières (SONAREM).

C’est à partir de cette date que l’activité minière nationale s’est organisée pour la recherche et l’exploitation des substances minérales et ce jusqu’en 1983, époque à laquelle est intervenue la restructuration de la SONAREM.

Durant cette période, de gros efforts ont été consentis par l’Etat et ont permis un certain nombre d’actions, en particulier

  • le lancement de programmes importants de recherche en vue de rouvrir les mines abandonnées, d’augmenter les réserves des mines en activité et de découvrir de nouveaux gisements,
  • la remise en état de l’appareil de production,
  • l’ouverture de nouvelles mines,
  • la formation d’un personnel qualifié.

Ce plan de reprise du secteur minier a permis de :

  • prolonger la durée de vie de plusieurs mines (fer, polymétaux et substances non métalliques),
  • réaliser plusieurs complexes miniers (mercure, plomb - zinc et substances non métalliques),
  • procéder à la reconversion des activités des mines dont les réserves étaient épuisées,
  • conquérir de nouveaux marchés à l’extérieur par le placement d’une gamme variée de produits miniers tels que le phosphate, le mercure, la baryte, le minerai de fer, la bentonite, le kieselguhr, les concentrés de zinc, et de plomb
  • mise en place d’une infrastructure géologique nationale de base de qualité accompagnée de l’exploration systématique de l’ensemble du territoire national et qui ont permis d’inventorier un grand nombre de gites et d’indices dont certains présentent de réelles perspectives de développement.

De 1983 à ce jour, les faits marquants sont pour l’essentiel

  • la restructuration de la Société Nationale de Recherche et d’Exploitation Minières (SONAREM) accompagnée de la création de six grandes entreprises minières : FERPHOS, EREM, ENOF, ENAMARBRE,ENASEL et l’ENG.
  • la création d’un groupe industriel minier MANAL Spa en 2010 regroupant toutes les entreprises publiques du secteur des mines.

 Partenariat dans le secteur des Mines

Les ressources minières algériennes offrent d’importantes perspectives d’investissement à travers de multiples opérations d’association. La législation minière permet aujourd’hui l’accès à l’exploration, au développement et à l’exploitation des ressources minières par les capitaux privés.

Les cibles d’associations peuvent être des régions et districts à explorer, des gisements à évaluer en vue d’une exploitation, ou des gisements déjà évalués à mettre en valeur après la réalisation des études de faisabilité, ainsi que des gisements actuellement sous-exploités tel que les phosphates, le fer, l’Or…etc.

Axes de développement dans le secteur des mines

Aujourd’hui, le pays dispose d’une infrastructure géologique assez bien développée, de travaux antérieurs nombreux et de qualité, d’ingénieurs géologues et mineurs qualifiés.

Pour le développement, il est à rappeler que le secteur minier englobe toutes les activités extractives destinées à produire des minerais ou des minéraux utiles : métaux, matériaux industriels et de construction. 

L’objectif principal poursuivi est donc d’impulser un nouvel élan de développement du secteur minier afin qu’il contribue d’une manière substantielle à la relance économique et qu'il joue un rôle significatif dans l’économie nationale.

Les objectifs de développement envisagés consistent, entre autres en :

  • la poursuite par les opérateurs miniers des efforts de modernisation de leur outil de production,
  • la recherche de partenaires étrangers disposant de capacités techniques et financières pour le développement des activités minières,
  • la mise en œuvre de projets de développement des produits miniers tels que les phosphates, le sel, le marbre, les substances non métalliques, l’or, le diamant,…
  • l’exportation accrue des produits miniers,
  • l’intensification de la recherche minière.
  • développement en partenariat des ressources minières insuffisamment ou non encore exploitées.